Catégories
Comment choisir son CBD ?

Selon une étude, les patientes atteintes d’un cancer du sein se tournent vers le CBD et le THC pour soulager la douleur et les effets secondaires du traitement


Près de la moitié des patientes atteintes d’un cancer du sein consomment du cannabis, selon les résultats d’une étude récente publiée dans Cancer, la revue à comité de lecture de l’American Cancer Society.

L’enquête a révélé que les patientes atteintes d’un cancer du sein qui se tournaient vers le CBD ou le THC avaient tendance à le faire pendant la phase de traitement actif de la maladie pour gérer la douleur, l’anxiété, l’insomnie et les nausées. Parmi ceux-ci, 61% ont déclaré ne pas avoir informé leur médecin de leur consommation de cannabis.

L’étude a interrogé des résidents des États-Unis qui ont eu un cancer du sein au cours des cinq dernières années. Les participants ont répondu aux questions de manière anonyme via les sites Web Breastcancer.org et Healthline.com.

Les patients ont déclaré avoir utilisé du cannabis pour soulager la douleur et l’insomnie

Quarante-deux pour cent des répondants ont déclaré consommer du cannabis pour soulager les effets secondaires du traitement. Les chiffres ci-dessous se concentrent sur ce sous-ensemble de l’étude, de sorte que les pourcentages que vous voyez ne sont pas indicatifs de l’utilisation globale par le groupe.

Ceux qui ont consommé du cannabis ont déclaré le faire pour soulager :

78% de douleur

70% d’insomnie

57% d’anxiété

51% de stress

46% nausées/vomissements

79% l’ont utilisé pendant le traitement (thérapies systémiques, radiothérapie ou chirurgie)

39% en ont discuté avec leur médecin

L’auteur principal de l’étude, le Dr Marisa Weiss, était sympathique aux raisons pour lesquelles les patients consomment du cannabis pendant le traitement du cancer du sein.

« Ils ne l’utilisent pas pour planer, mais pour gérer les effets secondaires du cancer du sein ou les traitements du cancer du sein », a déclaré Weiss, oncologue et fondateur de Breastcancer.org, à NBC News. « Cela peut être une course assez difficile. Les gens ont du mal à continuer et à avoir une qualité de vie raisonnable. »

Cependant, peu de résultats concernaient Weiss et ses partenaires de l’étude :

  • la plupart des participants ne savaient pas que la qualité des produits varie considérablement

  • les patientes ne parlent pas à leur médecin avant de prendre des décisions concernant la consommation de cannabis pendant le traitement du cancer du sein

  • 49% des participants pensaient que le cannabis pouvait traiter le cancer

De nombreux médecins ne se sentent pas préparés à discuter de la consommation de cannabis avec leurs patients

Les auteurs de l’étude ont cité les résultats d’une autre enquête qui a révélé que 70 % des oncologues médicaux « se sentaient mal préparés à discuter de la consommation de cannabis et à faire des recommandations cliniques pour leurs patients ». L’un des objectifs de la publication des résultats de l’étude était de démontrer le besoin immédiat pour les médecins d’engager des conversations sur la consommation de cannabis avec les patients, y compris les risques et les avantages potentiels.

Les médecins soutiennent-ils la consommation de cannabis ?

L’étude a révélé que plus un patient était âgé, plus il était susceptible de poser des questions sur le cannabis à son médecin.

87 % des 66 ans ou plus

76% des 50 à 65 ans

69 % des moins de 50 ans

28 % de tous les répondants ont dit qu’ils étaient mal à l’aise de discuter de cannabis avec leur médecin

Peut-être ironiquement, parmi ceux qui ont évoqué le cannabis avec leur médecin, les patients plus jeunes étaient plus susceptibles de se sentir soutenus.

72 % des patients de moins de 50 ans ont estimé que leur médecin était extrêmement ou très favorable

52 % des 50 à 65 ans ressentent la même chose

46% des 66 ans se sont sentis soutenus

Les participants ont déclaré utiliser une large gamme de produits au THC et au CBD

En moyenne, les participants ont utilisé 3 à 4 produits différents, notamment des produits comestibles, des huiles et des teintures, du tabac, des topiques et du vapotage.

Ils avaient également tendance à préférer le CBD au THC. Cependant, les auteurs de l’étude ont noté que de nombreux répondants ne comprenaient pas pleinement la différence entre le CBD et le THC.

22% ont préféré le CBD exclusivement

21% ont préféré principalement le CBD

19% ont préféré un rapport égal de THC et de CBD

26% ont préféré principalement ou exclusivement le THC

7% n’avaient aucune préférence

En terminant, cette étude révèle un gouffre qui doit être comblé. Les personnes atteintes d’un cancer du sein recherchent activement un soulagement des produits à base de cannabis. Malheureusement, beaucoup pensent qu’ils ne peuvent pas partager cela avec leur médecin. Les auteurs de l’étude suggèrent qu’il est peut-être temps pour les médecins d’en apprendre davantage sur les avantages et les risques de la consommation de cannabis pendant le traitement et de commencer à aborder le sujet avec les patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *